Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de NIMBUS
  • Le blog de NIMBUS
  • : BLOG d'un vieux mycophile qui voudrait devenir jeune mycologue !!!
  • Contact

Texte Libre

Abonnez-vous à la newsletter pour être informé dès la parution d'un article !!!

Rechercher

Archives D'une Année !

Pages

7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 15:52
 
VIE ET FONCTIONNEMENT DES CHAMPIGNONS
 
Ce que nous appelons champignon est généralement constitué d’un pied terminé par un chapeau dont la face inférieure est couverte de lames rayonnantes. Cet ensemble n’est en réalité qu’une partie de l’organisme fongique et n’est en fait, qu’un réceptacle fructifère (appelé sporophore) dont le rôle est de porter les organes reproducteurs (les spores) du champignon. Ce sporophore a pris naissance sur un tissu filamenteux blanc et très fin : le mycélium!
Pour simplifier et imager, on peut dire que le sporophore, appareil reproducteur du champignon, est comparable aux fruits des plantes supérieures et que le mycélium représente alors le système végétatif (racines, branches, feuilles, fleurs).
En fait, l’organisme fongique dépourvu de racines, branches, feuilles, fleurs, est un thalle constitué généralement de cellules allongées appelée hyphes dans les cas les plus fréquents ou syphons dans des cas plus rares (les hyphes sont des cellules cloisonnées et articulées bout à bout, les syphons ne sont pas séparées les unes des autres).
Les hyphes s’associent pour donner le mycélium qui représente l’appareil végétatif de l’organisme fongique
 La dimension des filaments mycéliens est très variable, tantôt grêle comme dans la plupart des espèces terrestres vivant dans les bois, tantôt large comme chez les espèces qui croissent sur les fumiers et qui ont un développement très rapides tels que les Coprins.
La coloration des filaments est blanche dans la majorité des cas mais on trouve des Basidiomycota à mycélium coloré (par exemple brun chez divers polypores, jaune chez Corticium sufureum, Ixocomus piperatus, rouge chez certains tramètes et cortinaires, etc … A noter qu’à l’état de mycélium, un champignon est pratiquement indéterminable !
 
Pour se reproduire, les champignons produisent des cellules particulières appelées spores.
Les spores peuvent être issues d’un phénomène de reproduction asexuée ou sexuée.
Dans la reproduction asexuée, il y a simplement fragmentation du thalle ; dans la reproduction sexuée,  il y a phénomènes sexuels faisant intervenir une fusion de noyaux cellulaires avec brassage génétique.
 
En résumé :

Pour les champignons supérieurs, ceux que nous rencontrons au cours de nos promenades, on peut considérer que la naissance survient lors de la germination d’une spore. Cet évènement génère un filament mycélien dit mycélium primaire, dont les cellules renferment un seul noyau à n chromosomes. 

Ce mycélium primaire va croître et envahir plus ou moins rapidement son substrat. Lorsque les conditions vont le permettre (favorables ou défavorables !!!) la reproduction va intervenir.
Si la reproduction est asexuée, le mycélium va produire simplement des spores sur le mycélium ou sur des sporophores.Reproduction-champi-copie-1.JPG                                                       
anse-anastomose.JPG














Si la reproduction est sexuée, il sera nécessaire que deux mycéliums de polarité (sexe) complémentaires s’associent pour former par fusion des cytoplasmes, un mycélium secondaire. Ce dernier présentera des cellules à deux noyaux non fusionnés (2 x n chromosomes). C’est sur ce dernier qui présente souvent au droit des cloisons, des « boucles de conjugaison » appelée aussi « anses d’anastomose ») que se développera un sporophore sur lequel prendront naissances des cellules fertiles (asques ou basides). 


Ce n’est que dans ces cellules fertiles, donc plu tard dans le cycle de reproduction, qu’interviendra la fécondation par fusion nucléaire qui donne un noyau à 2n chromosomes. La fusion est immédiatement suivie d’une série de trois divisions qui redistribuent dans les spores un stock nucléaire haploïde. Le cycle est ainsi bouclé puisque les spores libérées  redonneront après germination, un mycélium primaire.
 
 
 
 
D’après l’ouvrage de Régis COURTECUISSE illustré par Bernard DUHEM « LES CHAMPIGNONS DE FRANCE ET D’EUROPE » paru chez DELACHAUX&NIESTLE

Partager cet article

Repost 0

commentaires