Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de NIMBUS
  • Le blog de NIMBUS
  • : BLOG d'un vieux mycophile qui voudrait devenir jeune mycologue !!!
  • Contact

Texte Libre

Abonnez-vous à la newsletter pour être informé dès la parution d'un article !!!

Rechercher

Archives D'une Année !

Pages

13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 15:12

Classification des ASCOMYCOTA
 
Dans l’article consacré à « La classification générale des champignons », j’ai souligné l’importance de la Division des ASCOMYCOTA dans le règne des FUNGI en avançant le chiffre de 150 000 espèces !
Ce groupe énorme comprend un nombre considérable d’espèces microscopiques et parasites souvent nuisibles comme la teigne, la maladie de l’orme, les divers oïdiums qui attaquent les rosiers, les chênes, les pommiers, la vigne, etc… Un certain nombre d’espèces ont cependant  évolué vers des formes moins primitives visibles à l’oeil, voire vers de grandes tailles dont les genres les  plus connus sont les Pézize, les Helvelles, les Gyromitres et bien sur les Morilles.
 
 
La classification des Ascomycota a été, et est toujours, l'objet de nombreuses révisions. Certaines classifications sont basées sur la morphologie de l'asque, d'autres sur celle de l’ascocarpe (organe sur, ou dans, lequel se forment les asques – pour le commun des mortels, c’est ce que l’on ramasse et que l’on met dans son panier !!!).


A priori, la classification la plus récente définit trois Subdivisions :

- Les TAPHRYNOMYCOTINA
- Les SACCHAROMYCOTYNA , subdivision contenant entre autres "la levure de boulangerie".
- Les PEZIZOMYCOTYNA, subdivision contenant  le plus grand nombre d'espèces.

En ce qui me concerne, j’utilise la classification sommaire décrite par Régis COURTECUISSE  dans l’ouvrage écrit en collaboration avec Bernard DUHEM : « Guide des champignons de France et d’Europe ».
 
Cette classification  repose sur la présence ou l’absence d’ascocarpe, de sa structure et de son mode de formation (ontogénie) quand il existe, de la structure et du mode d’ouverture de l’asque (déhiscence), et enfin d’une éventuelle spécialisation parasitaire.
 
Su ces bases, les Ascomycota peuvent être divisés en quatre Classes :
·        Les LABOULBENIOMYCETES
·        Les ACARPOASCOMYCETES (ou HEMIASCOMYCETES)
·        Les PLECTOMYCETES
·        Les HYMENOASCOMYCETES
 
 
·        Les LABOULBENIOMYCETES
Cette Classe est marginale. Elle renferme des espèces parasitaires d’insectes et d’arthropodes.
 
 
·        Les ACARPOASCOMYCETES (ou HEMIASCOMYCETES)
Les espèces de cette Classe ne possèdent pas d’ascocarpe ; les asques sont nus et produits directement par le système végétatif.
Les espèces sont globalement de 2 types :
1 - Des levures (que l’on trouve en abondance dans les milieux sucrés) utilisées principalement pour les fermentations (pain, vin, bière, etc)
2 – Des parasites de végétaux supérieurs (Cloque du pêcher par exemple)
 
 
·        Les PLECTOMYCETES
Ils possèdent un ascocarpe quasi sphérique totalement clos a paroi très fine. Les asques y sont répartis de façon désordonnée (pas d’hymenium)
C’est dans cette classe que sont rangées par exemple :
- des champignons croissant sous terre (on dit hypogés !) tel que « la truffe de cerf » (Elaphomyces granulatus !!!)
 
 elaphomyces-granulatus.jpg
- des champignons  responsables de la teigne ou encore des maladies des ongles …
- des champignons agents de dangereuses mycoses chez l’homme.
- des champignons parasites des végétaux supérieurs (graphiose de l’orme !!!)
- des champignons engendrant des moisissures néfastes parfois très dangereuses pour l’homme (aspergillose pulmonaire !)
- des champignons engendrant des moisissures bienfaitrices ! (Penicillium !!! par exemple)
 
 
·        Les HYMENOASCOMYCETES
Autrefois dénommés EUASCOMYCETES, la Classe comporte des espèces possédant un ascocarpe portant des asques ordonnés en hymenium.
 
Ces espèces sont rangées en 5 Sous-classes :
 
1 – Les LECANOROMYCETIDEAE
Champignons à ascocarpe divers ; cette sous-classe se divise en 4 Ordres comportant essentiellement des lichens.
Peu d’intérêt pour moi mycophile !
 
2- Les LOCULOASCOMYCETIDEAE
Champignons également à ascocarpe divers mais dont les asques sont à paroi  complexe. Peu d’intérêt pour moi  au niveau auquel je suis !!!
 
3 – Les ERYSIPHOMYCETIDEAE
Champignons à ascocarpe du type cléistothèce(sans ouverture naturelle ; les asques et les spores sont libérés lorsque le cléistothèce absorbe de l'eau). La sous-classe regroupe des champignons du type Oïdium comme l’oïdium de la vigne et le blanc des rosiers.
La encore, peu d’intérêt pour moi !!!
 
4 – Les PYRENOMYCETIDEAE ou Pyrenomycetes.
Champignons à ascocarpe du type périthèce(volume en forme de sphère ou de bouteille qui  reste clos ou ne s’ouvre que par des fentes à maturité à son sommet pour libérer les spores).
Cette sous-classe se divise en 4 Ordres dont 2 intéressants puisque regroupant les Xylaires pour l’Ordre des XYLARIALES et les Cordyceps et les Claviceps pour l’Ordre des CLAVICIPITALES.
 

Exemples de Xylaires 

 

                      

                            









 et  de Cordyceps

 

              Cordyceps-canadensis.jpg                                                                                           

                                                                                                                                                                  

 

  

 

5 – Les PEZIZOMYCETIDEAE ou DISCOMYCETES

Sous-classe immense en nombre d’espèces pour lesquels l’ascocarpe du type apothécie (en forme de coupe ou de disque et dont la face interne est tapissée par l’hyménium), est largement ouvert.

Parmi les plus typiques des  PEZIZOMYCETIDEAE on peut citer les Pézizes  (ci-dessous à gauche), les Helvelles (ci-dessous en bas à gauche) et les morilles ( ci-dessous à droite), etc ...

peziza-badia.jpgMorchella-rotunda.jpg

 

 

 

 

 

Helvella-acetabulum.jpg 

 
Les PEZIZOMYCETIDEAE sont divisés en 2 branches liées au mode de rupture de l'asque au moment de la libération des spores; 2 modes  sont différenciés :
  • Asques operculés (en b  l’asque s’ouvre suivant une fente circulaire qui détache un petit opercule se soulevant pour laisser passer les spores).
  •  Asques inoperculés (en a  l’asque ne s’ouvre à maturité que par un orifice terminal).
 sch--ma-asques.JPG

A la question quelles sont les genres, les espèce rencontrés dans cette sous-classe et ces branches ?  La réponse est :
 
 Beaucoup de champignons intéressants dont certains sont de bons, voire d’excellents comestibles !!!
 
Mais ceci est une autre histoire que je tenterai de vous raconter dans un prochain article !!!
 
Ave et à bientôt les Amycos !!!
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires