Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de NIMBUS
  • Le blog de NIMBUS
  • : BLOG d'un vieux mycophile qui voudrait devenir jeune mycologue !!!
  • Contact

Texte Libre

Abonnez-vous à la newsletter pour être informé dès la parution d'un article !!!

Rechercher

Archives D'une Année !

Pages

14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 11:34
(src : Université d'Oxford, via The Guardian)



Les métaux rares utilisés dans les batteries conventionnelles et les piles à combustibles pourraient un jour être remplacés par des enzymes produites par des champignons.



Des chercheurs de l'Université d'Oxford ont démontré que les enzymes laccases, produites par des champignons qui poussent sur la pourriture du bois, peuvent être utilisées comme catalyseur, moins cher et plus efficacement que les métaux nobles comme le platine.


Le laccase a déjà fourni les preuves de son efficacité : l'enzyme offre des performances égales au platine quand elle est utilisée pour accélér les réactions chimiques des électrodes de piles à combustible.


Des champignons tels que le Trametes Versicolor (photo) détruit la lignine du bois grâce à la laccase.Le premier objectif de Blanford est de mettre au point une batterie qui produise 400 milliampères pendant environ 2 500 heures. Suffisamment pour alimenter un lecteur de musique portable. La prochaine étape sera une batterie de téléphone portable, réalisée à l'aide de champignons génétiquement modifiés. Le chercheur pense qu'à terme, une seule recharge d'une pile à combustible à enzymes pourrait durer aussi longtemps que 20 recharges de batterie actuelle.

"Le principal bénéfice attendu n'est pas nécessairement de fournir de l'énergie plus propre, mais de ne plus avoir besoin d'exploiter les ressources minérales rares dans la fabrication, dans la mesure où l'on pourra faire pousser les choses naturellement" précise John Loughhead, Directeur exécutif du Centre britannique de Recherche en Energie.


Les 3 milliards de batteries utilisées chaque année dans les pays occidentaux se retrouvent en effet sous forme de 200 000 tonnes de matériaux non recyclés.


De nombreux obstacles doivent encore être franchis, comme notamment trouver le meilleur matériau pour fixer les enzymes sur une électrode. Loughhead ne s'attend pas à voir cette technologie prometteuse être commercialisée avant 2020.



Publié le 13/10/2008 à 11:12  sur  Enerzine.com le n°1 de l'info énergétique
© Enerzine.com 



 Ave les Amycos !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

croliquette 62 11/11/2008 13:16

merci pour toutes ces infos ,bisous annick du 62.