Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de NIMBUS
  • Le blog de NIMBUS
  • : BLOG d'un vieux mycophile qui voudrait devenir jeune mycologue !!!
  • Contact

Texte Libre

Abonnez-vous à la newsletter pour être informé dès la parution d'un article !!!

Rechercher

Archives D'une Année !

Pages

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 18:00

 

  

 

Un de mes collègues du Cercle Mycologique de Marcoussis et Environs  (CMME) vient de me faire passer  2 informations .

 

 La première concerne des champignons microscopiques, du genre « Aspergillus »,  qui aurait occasionné récemment le décès de 4 perspnnes à l'hopital Nord de Marseille. 

  

La seconde concerne un article très intéressant relatif a un  application de dépollution trouvée en Argentine . Il a fait de cet article paru dans le journal « La Nación »,  une traduction libre (l’article donnait des noms et était assez répétitif).

  

  

 ASPERGILLUS   

  Aspergillus      Aspergillus-2                                                                                            

 

L'article  provient du journal « 20 minutes ».

Jusqu’à maintenant on connaissait l’aspergillose comme maladie des personnes affaiblies  et comme ancienne maladie professionnelle (maladie des personnes chargées des pigeonniers, puisque la maladie attaque les oiseaux). La voici maintenant comme maladie « nosocomiale ».

Pour la petite histoire, un aspergillum est un goupillon, comme ceux utilisés dans les églises, soit en forme de boule à trous, soit en forme de balai. D’où l’idée de « baptiser » ainsi le champignon.

  aspergillus-article

 

 

 

 DEPOLLUTION ...

 

Article publié dans le journal argentin “La Nación »

  Traduit par Pedro CERDENA

   

Eliminer des déchets industriels est toujours un défi, et le remède peut s’avérer pire que le mal. La dégradation des contaminants par des êtres vivants paraît une bonne solution, mais cela implique souvent d'introduire dans l’environnement des organismes « exotiques ». Mettre « en cage » des microorganismes avant de les utiliser, serait un pas important. Cela permettrait de les retirer une fois leur travail achevé, de les stocker et de les réutiliser si nécessaire. Mais, comment ?

Une possibilité serait de les encapsuler dans un matériau poreux qui permette l’entrée des substances à dégrader, et la sortie des produits résultants, non agressifs pour l’environnement.

Ce processus est devenu une réalité avec les travaux de la Faculté des Sciences de Buenos Aires.

Les chercheurs ont encapsulé un champignon qui décompose la lignine, résidu difficilement dégradable, produit surtout par l’industrie du papier.

“Prisons en verre”

“On a réussi à encapsuler le champignon dans une matrice poreuse de dioxyde de silicium. Ce champignon mange le bois et les colorants de l’industrie textile », explique l’un des chercheurs. Le dispositif peut être immergé dans l’eau et une fois le travail accompli, on peut le retirer avant une nouvelle utilisation. Double avantage : on n’introduit pas les organismes dans la nature, et on les protège des possibles prédateurs.

Il n’est pas facile d’ « attraper » le champignon, car le dioxyde de silicium, avant de durcir, peut tuer les êtres vivants. 

“D’abord on place les champignons dans une solution d’alginate de sodium, qui durcit en contact avec le calcium (c’est un composant de la pâte utilisée par les dentistes pour faire des moulages). On forme ainsi des petites billes de quelques millimètres de diamètre qui contiennent le champignon. Cette couche biodégradable forme une couverture protectrice provisoire (l’alginate est fait à partir d’extraits d’algues).

Le pas suivant consiste à recouvrir les billes avec un matériau céramique poreux. On construit ces capsules avec le dioxyde de silicium.

On a utilisé Stereum hirsutum (suit ici la description du champignon)…

Ce champignon détruit la lignine et certains colorants. Il est très utile pour nettoyer les déchets de l’industrie textile.

Un colorant vert

Les chercheurs n’ont pas utilisé la lignine, mais un colorant vert afin de visualiser le processus.

Le dispositif peut s’adapter à de multiples applications. On peut changer les organismes emprisonnés selon les besoins. On peut aussi changer le diamètre des pores (dans le cas du colorant de l’expérience ils étaient petits pour empêcher la possible « intoxication » du champignon).

  

  

AVE les Amycos ...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Mi 29/10/2010 10:54


Salut Nimbus,
pour la petite histoire un Aspergillus (flavus) est également à l'origine de la "malédiction de Toutankhamon" car responsable de la mort prématurée de 5 membres de l'équipe de Howard Carter qui fut
la première à pénétrer dans la tombe de ce jeune Pharaon en 1922: de Lord Carnavon le mécène de l'expédition, de 2 égyptologues l'un français Georges Bénédicte et l'américain Arthur Mace, du frère
de l'infirmière de Carnavon ainsi que du secrétaire de Carter.
Amitiés Jean-Mi


NIMBUS 29/10/2010 11:12



Merci  pour ces précisions Jean-Mi !!!