Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de NIMBUS
  • Le blog de NIMBUS
  • : BLOG d'un vieux mycophile qui voudrait devenir jeune mycologue !!!
  • Contact

Texte Libre

Abonnez-vous à la newsletter pour être informé dès la parution d'un article !!!

Rechercher

Archives D'une Année !

Pages

14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 16:30

LES CHAMPIGNONS TOXIQUES ….. ( partie 9 / 9)

   (du genre Psylocybe, Ramaria, Ramicola, Russula, Sarcospharea, Scleroderma, Scutiger, Stropharia, Tricholoma et Ustilago)

 

La Société Mycologique de France a édité une liste à priori non exhaustive, comportant 256 espèces toxiques regroupées en 41 genres dont certains très connus et d’autres un peu moins.

 

Les genres concernés sont :

 

Agaricus, Agrocybe, Amanita, Boletus, Chlorophyllum, Clitocybe, Collybia, Conocybe, Copelandia, Coprinus,  Cortinarius, Cystolepiota, Entoloma, Galerina, Gyroporus, Hebeloma, Hygrocybe, Inocybe, Lactarius, Lepiota, Lepista, Leucoagaricus, Lyophyllum, Macrolepiota, Mycena, Omphalotus, Paneolus, Paxillus, Pholiotina, Psylocybe, Ramaria, Ramicola, Russula, Sarcospharea, Scleroderma, Scutiger, Stropharia, Tricholoma et Ustilago.

Les genres surbrillés en jaune ont été vus dans de précédents articles. Ce dernier article de la série,  aborde les genres Psylocybe, Ramaria, Ramicola, Russula, Sarcospharea, Scleroderma, Scutiger, Stropharia, Tricholoma et Ustilago.

 

     

Genre PSILOCYBE 

Les psilocybes font partie de la famille des Strophariaceae ; ce sont des champignons  à la silhouette mycenoïde à collybioïde généralement de petite taille, à lames ventrues ascendantes ou horizontales largement adnées avec un voile partiel souvent rudimentaire et une sporée brun violacé.

 

Parmi les  40 à 45 espèces regroupées dans le genre aucune n’est comestible et  5 sont toxiques.

 

* Psilocybe cyanescens  (Psilocybe bleuissant):

Espèce grégaire qui croît dans les zones humides sur les débris ligneux, les feuilles mortes, les copeaux de bois  de la fin de l’été  jusqu’au milieu de l’hiver.

Ce champignon est toxique et hallucinogène.

 

 

 
* Psilocybe laetissima :
Pas d’information ni de photo.

 

 
* Psilocybe semilanceata (Psilocybe lancéolé) :

Avec un chapeau d’environ 2cm en « bonnet de lutin », l'espèce qui croît dans les prairies et la lande  sur terrains acides, est connue en Europe pour ses effets hallucinogènes.  Il  est très toxique ; son ramassage, son transport et sa vente sont interdits  par la loi en France.


 

 

 

 

 

 

 

   

 


* Psilocybe silvatica :     
Pas d’information ni de photo.


* Psilocybe strictipes :   
Pas d’information ni de photo.



Genre RAMARIA 

Le genre Ramaria  fait partie  de la famille des Ramariaceae, l’une des 7 familles  rassemblées dans l’ordre des CLAVARIALES.

 Ce sont des champignons dressés, sans chapeau,  dont le port est très variable,  filiforme ou en massue,  ramifiés, plus ou moins charnus ou bien  encore en  « chou-fleur » ou en éponge !

3 espèces sont toxiques.

 

  

* Ramaria formosa   (Ramaire jolie) :

Peut atteindre 10 cm de haut.

Croît sous feuillus de préférence sous les hêtres

Chair blanche virant au rose à rouge sombre à la coupe


 
 

 

 

 

 

 






 
  



* Ramaria ignicolor 
(Ramaire couleur de feu):

Cette espèce relativement rare et  plutôt méridionale  croit  sous les conifères ; pouvant atteindre 6 cm de haut, ses rameaux rose saumon vif sont épais  et courts, jaunâtres au sommet. Sa chair est blanche, et son odeur désagréable. 

 

 

 

 
* Ramaria pallida (Ramaire pâle) :
En forme de  chou fleur  ou ramifiée comme du corail (4 à 15 cm de diamètre et 6 à 12 cm de haut), cette espèce de Ramaire  assez répandue, croît au sol dans forêts de feuillus et de conifères  de juillet à octobre.

  

 

  


Genre RAMICOLA 

Petit genre regroupant 10 espèces  dont une  toxique.

 

 

* Ramicola centunculus  (Simocybe olivâtre) :

Petit champignon dont le chapeau de  3 cm de diamètre environ est hygrophane ; il est assez commun et  croît  sur des bois pourris de feuillus !

                                                                 

                                                                  

 




 

 

 

 

 

      
Genre
RUSSULA                                                  

Les espèces du genre ont une chair grenue et cassante comme les lactaires dont elles sont voisines mais ne laissent pas exsuder de lait à la cassure ou au froissement des lames. Leur chapeau est typiquement convexe à déprimé, les lames sont rarement décurrentes et le pied  presque toujours cylindrique.

   

Le genre est vaste et homogène  mais l’identification des espèces est difficile ; elle passe souvent par  l’identification des caractères microscopiques (structure du revêtement,  nature des hyphes,  cystides, etc),  la couleur de la sporée (de blanc pur à jaune foncé !!!) et la saveur (amère, poivrée ou douce).

Les  Russules ont des couleurs  très variées et relativement changeantes ! De nombreuses  espèces (une trentaine) sont rouges.

En terme de comestibilité, seules quelques espèces douces sont comestibles ! Les Russules à chair amère ou poivrée sont à rejeter.

Le genre Russula comporte environ 400 espèces dont 5 toxiques :

 

* Russula betularum (Russule des bouleaux) :

Caractérisée par un chapeau  assez  fragile rose rougeâtre  se décolorant très rapidement pour devenir presque blanc  avec un revêtement séparable découvrant une chair blanche ou à peine rosée en surface.

 Comme son nom l’indique, elle est toujours associée aux bouleaux !

  

 

  


* Russula emetica (Russule émétique) :

Son chapeau rouge vif est convexe, ferme et charnu avec une marge un peu cannelée ; La chair superficielle sous le revêtement est rosâtre. Les lames assez serrées ont des reflets crème pâle ; le pied, cylindrique, est légèrement jaunissant avec l’âge. Cette espèce,  peu commune, croît préférentiellement  sous conifères (épiceas en particulier) en zone humide de montagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




* Russula emetica forme  longipes :

Elle se distingue  de l’espèce initiale par  un chapeau très sombre au disque et un pied  clavé et généralement plus élancé. On la rencontre  dans les zones tourbeuses de montagne sous épicéas et pins.

 

 

 
* Russula emetica var.gregaria : Pas de photo

Cette variété de R. emetica est plus petite  avec un pied souvent trapu, rouge saturé, elle vient en pessières à myrtilles.



* Russula griseascens (Russule grisonnante) :  

Cette espèce répandue mais peu fréquente vient   en été et en automne sous épicéas et pins , sur sols acides humides. Son pied bientôt creux  a une surface finement veinée blanche puis grisonnant sur l’arête des veinules au début  puis entièrement  avec l’âge.

Sa chair à une odeur de bonbon !

 

 

 

 Genre SARCOSPHAERA 

Dans la famille des Pezizaceae, sous ordre des Pezizineae, ordre des Pezizales,  les espèces du genre Sarcospharea sont des champignons  en forme de coupe.

 Le genre comporte 2 espèces toxiques !

 

 

* Sarcosphaera crassa  (Pézize couronnée) :

 Ce champignon qui croît au printemps sur sols calcaire dans les parcs et au bord des chemins. On le rencontre  en forêts de feuillus et de conifères, sur terre nue, sur talus,  sur aiguilles en décomposition.

C’est d’abord une boule fermée  enfouie dans le sol qui  va grossir (diamètre de 30 à 100 mm), se déchirer  et s’ouvrir en étoile .Sa chair est blanche et cassante.

Isolé ou en groupe, localement abondant, il revient chaque année aux mêmes places.

 

 

 
* Sarcosphaera crassa  var. nivéa : Pas de photo ni d’info.

 


Genre SCLERODERMA

De forme globuleuse ou subglobuleuse, ce petit genre de Gastéromycètes comporte une dizaine (?) d’espèces dont 3 sont toxiques :

 

 

* Scleroderma areolatum (Scléroderme aréolé) :

Espèce  assez courante en été et en automne rencontrée  en lisières  de forêts, sur terrains en friche ou en forêts de feuillus. (thermophile)

 Les fines écaille qui ornent sa surface se contractent pour former des aréoles ; son pied est très court  (1,5 cm) ou nul et totalement enfoui.

 

 

 

 * Scleroderma verrucosum (Scléroderme  verruqueux) :

Presque globuleux comme Scleroderma areolatum, a un pseudopied très épais  muni de rhizoïdes (gros poils plus ou moins charnus qui ressemblent à des racines). L’enveloppe fine jaune ochracé qui entoure la gleba (Hyménium interne) est couverte d’écailles brunes  non aréolées. A la coupe, odeur forte et désagréable !

 L’espèce est commune dans les parcs, au bord des chemins et des routes.

 

 

 

 
*  Scleroderma citrinum (Scléroderme citrin – Scléroderme commun) :

Espèce commune et très répandue qui croît dans les forêts et les prés sur sols acides.

L’enveloppe jaune ochracé est couverte de verrues concolores brunissant avec l’âge ; elle est nettement coriace et plus épaisse (4 à 5mm) que  pour les 2 espèces qui précèdent  (1 à 1,5mm).

A la coupe, odeur caractéristique  de caoutchouc !

 

 

  

 


Genre SCUTIGER

Je n’ai  que peu d’information sur ce genre !!!

Selon certains auteurs et diverses sources peu nombreuses d’ailleurs, le genre Albatrellus serait la nouvelle désignation  et donc le synonyme du genre Scutiger !  à  vérifier tout de même !!!

Si tel est le cas,  Scutiger ferait partie des Polyporaceae, une des  9 familles de l’ordre des Polyporales dans la sous-classe des  Aphyllophoromycetideae.

Le genre regrouperait  une douzaine d’espèces dont une toxique.

 

* Scutiger subrubescens  (alias  Albatrellus subrubescens ? photo ci dessous) :

 

 

  Réunis en bouquets, ils sont rarement isolés.Albatrellus subrubescens  est très répandu et croît  de l’été à l’automne  dans les forêts de conifères et les forêts mixtes  La surface de son  chapeau  (épaisseur 10 mm) est finement feutrée, fendillée aréolée à l’état sec ; blanchâtre au début, puis jaune soufre à jaune vert et ocre brunâtre  dans la vieillesse. La face inférieure est tapissée  de pores, longs de 1 à 5 mm, blanchâtres, jaunissant au toucher, peu décurrents. Les pores  de 2 à 4 mm sont arrondis-anguleux . Le pieds souvent excentrique est plein et finement feutré, aminci vers la base, cylindrique ou aplati. La chair est cassante, blanche  avec odeur agréable et saveur de noix !

(extrait du Tome 2 des Champignons de Suisse par J BREITENBACH & F KRÄNZLIN)

 

 

 

 

Genre STROPHARIA                                           

Les espèces du genre ont des silhouettes  tricholomoïdes ou collybioïdes à voile partiel bien développé donnant un anneau  plus ou moins persistant  généralement membraneux. Leur sporée  est brun violacé. Ils poussent sur  humus ou sur fumier !

Parmi les 15 espèces  que comporte le genre, aucune n’est comestible, 4 sont toxiques.

 

 * Stropharia  aeruginosa (Strophaire vert de gris) :

Assez facilement reconnaissable à son chapeau bleu-vert  visqueux, couvert de flocons blancs plus dense à la marge et à son pied gainé de méchules blanches,  on le rencontre fréquemment  en automne dans l’humus des  forêts, en lisière,  sous feuillus et conifères.

 

 


 
* Stropharia  caerulea (Strophaire bleue) :

On le rencontre fréquemment en été et en automne, au bord des chemins et en lisières de bois, dans les zones nitrophiles.

 Bien que ressemblant à S. aeruginescens, il s’en distingue en particulier par l’ornementation du pied qui est  revêtu de flocons fibrilleux blancs jusqu’à une zone annulaire fugace et dont la base  est ornée de cordonnets mycéliens blancs.

 

 

 
* Stropharia  coronilla
(Strophaire à petite couronne) :

Espèce assez commune qui croît isolément ou en petits groupes à la fin  du printemps et en automne dans les champs, au bord des routes et dans les clairières . Souvent reconnaissable à son chapeau légèrement visqueux et  à son anneau blanc  strié qui avec l’âge, se colore de noirâtre par les spores.

 

 

 
* Stropharia  semiglobata
(Strophaire demi-globuleuse) :

Assez courant  au printemps et en automne  dans les prairies sur bouses et crottins, il a comme son nom l’indique un chapeau hémisphérique, légèrement visqueux. Son pied grêle est visqueux  sous l’anneau !

 

 

 

Genre TRICHOLOMA 

Le genre  regroupe une centaine d’espèces  dont 2 mortelles  (Tricholoma pardinium et sa variéré filamentosum et Tricholoma auratum) et  8 espèces toxiques à très toxiques.

 

* Tricholoma pardinium var.filamentoseum

Tricholoma pardinium  (Tricholome tigré) à gauche et sa variété filamentosum à droite .Tous les 2 mortels .

 

                                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 








* Tricholoma auratum (tricholome doré, équestre, canari, bidaou)

 

 

 (voir  sur ce blog l’article du  3 août 2007 intitulé « champignons mortels : les premiers à connaître »)

                                                                                                         
 
 Les espèces du genre sont mycorhiziques (terricoles), assez robustes  et ont des lames échancrées. Ce sont généralement des champignons tardifs.

 

 Le genre comporte quelques très bons comestibles comme Tricholoma terreum (Tricholome terreux) très commun sous les pins en automne, Tricholoma squarrulosum (Tricholome squarruleux) sous chênes en automne, Tricholoma scalpturatum (Tricholome gravé) très commun sous feuillus, etc.

  

 

* Tricholoma fulvum (Tricholome fauve ou Tricholome à lames jaunes) :

Espèce assez commune qui croît sous feuillus et particulièrement  sous les bouleaux.

La marge de son chapeau est très nettement cannelée !  Il a une odeur de farine et sa chair est amarescente .

 

 

 
* Tricholoma  josserandii
(Tricholome de Josserand) : 

Il croît en régions submontagneuses à méridionales sous feuillus aimant les sols acides. On le rencontre parfois sous les cèdres. Il a une chair blanche a odeur rance écoeurante.

 

 

 
* Tricholoma  pardinium
(Tricholome tigré) :   

De même  que sa variété filamentosum, il est  extrêmement toxique  et est donné comme  mortel par certains auteurs.

Heureusement peu commun, il croît  surtout en montagne  sur terrains calcaires sous sapins et hêtres en automne.

(voir  sur ce blog l’article du  3 août 2007 intitulé « champignons mortels : les premiers à connaître »)

 

 

  

* Tricholoma  pardinium forme albellum     :  Pas de photo ni d’info.

 

 

* Tricholoma  pessundatum :

Espèce relativement peu commune que l’on rencontre  surtout sous les pins en forêts atlantiques.  Sa chair pale a une odeur et une saveur  très farineuse  ou de concombre !

 

 

 
* Tricholoma  sudum  :
 Pas de photo ni d’info.

 


* Tricholoma  virgatum
(Tricholome vergeté) :    

Reconnaissable à son chapeau conique puis mamelonné, fibrilleux soyeux gris argenté, ce champignon  rare en plaine, croît cependant en nombre en montagne sous feuillus et conifères.

 

 

  

 



* Tricholoma  virgatum f. roseipes :                                  


Quasiment identique  à  Tricholoma  virgatum, la forme roseipes s’en distingue par  son pied orné de fibrilles ocre rosé.

 Je n’ai pas trouvé, ni dans ma littérature  ni sur le net de photographies de cette forme "roseipes" ; je vous propose cependant  cette magnifique aquarelle  de Christian FRUND.




 

 Pour découvrir qui est Christian FRUND et ce qu’il fait, n’hésitez pas  à aller sur :      http://www.champis.net/wiki/index.php/Christian_Frund

 

 

Genre USTILAGO

 

Division  des Basidiomycota – Sous division des Ustilaginomycotina – Classe des Ustilaginomycètes – Ordre des Ustilaginales -  Famille des Ustilaginaceae, le genre Ustilago regroupe environ une soixantaine d’espèces.

Ce sont  des champignons  microscopiques parasites qui provoquent des maladies  telles que le charbon ou la rouille.

 

* Ustilago maydis :  

L’espèce  est un champignon pathogène provoquant une maladie du maïs appelée « charbon du maïs »

 L’espèce est donnée comme toxique par la Société Mycologique de France mais   au Mexique, les grains infectés  (déformés) sont appelés « huitlacoche » et considérés comme un met recherché !!!  Alors !!!! ...

 

                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 Au travers  de 9 articles , je vous ai présenté très très sommairement  260 champignons toxiques !
 Pour faire plus ample connaissance avec eux, je vous invite vivement à aller  voir  les descriptions détaillées qui en sont faites dans vos ouvrages de référence !!!

Bon courage

Ave les Amycos  !!!



N'ayant pu  pour des raisons techniques, contacter et demander préalablement aux auteurs l'autorisation de publication des photos parues dans cet article,  je les remercie néanmoins chaleureusement  car je suis certain  qu'ils me pardonneront ce manquement élémentaire aux bonnes manières.



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

phone systems pro 15/01/2014 07:31

I like mushroom and I have a mushroom garden near to my house. We have a great variety of mushroom and I am expert in cooking mushrooms. Thanks for sharing. I do appreciate your efforts in keeping this blog alive and updated.

google 15/01/2014 05:50

good post