Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de NIMBUS
  • Le blog de NIMBUS
  • : BLOG d'un vieux mycophile qui voudrait devenir jeune mycologue !!!
  • Contact

Texte Libre

Abonnez-vous à la newsletter pour être informé dès la parution d'un article !!!

Rechercher

Archives D'une Année !

Pages

11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 12:13
 
 
Classification générale des champignons.
 
Surtout n’ayez pas peur du mot classification ! .............
 
 Une classification bien comprise permet de distinguer  comment la nature à partir des champignons les plus rudimentaires est parvenue par adaptations successives a fabriquer les champignons évolués aux structures complexes et efficaces que nous rencontrons aujourd’hui.
 
 Si l’on veut se risquer au cours d’une promenade en forêt à tenter l’identification d’un champignon, ne serait-ce qu’à partir d’un examen visuel macroscopique, il me parait au minimum nécessaire de posséder les rudiments d’une telle classification.
 
Dans mon article du 30 mai 2007 intitulé « FUNGI ou les champignons », il est précisé que dans le règne FUNGI, désormais dissocié des règnes « animal » et « végétal », 5 grands groupes peuvent être distingués :
 
  • Les CHYTRIDIOMYCOTA 
  • Les ZYGOMYCOTA (anciennement dénommés PHYCOMYCETES)
  • Les GLOMEROMYCOTA   (Maj du 15/12/2009)
  • Les BASIDIOMYCOTA
  • Les ASCOMYCOTA
 
Le distinguo entre les groupes est effectué en fonction des propriétés et des diverses formes prises par l’appareil végétatif ; par exemple chez les Zygomycota le mycélium  se distingue par le fait que les filaments sont continus (pas de cloison transversale) alors que chez les Basidiomycota et les Ascomycota, les tubes mycéliens sont cloisonnés (on dit septés !! d’où le nom d’ailleurs de Septomycètes) etc… etc …
 

·       Les CHYTRIDIOMYCOTA 

 
Espèces de petite taille ou microscopiques
Cette Division des FUNGI correspond au reste des espèces à spores uniflagellés et paroi cellulaire chitineuse de l'ancienne division des Mastigomycota (qui chevauchait deux règnes aujourd'hui séparés en Chytridiomycota (Fungi) et Chromista.)
Le nom fait référence au chytridium (du grec chytridion signifiant « petit pot »), la structure renfermant les spores. Dans les classifications antérieures, les chytrides (à l'exception des ordres récents des Neocallimastigales et des Spizellomycetales) étaient placés dans la classe des Mastigomycota (ou Phycomycetes, du grec « champignons algues »), appartenant elle-même à la sous-division des Myxomycophyta. Dans une acception plus ancienne et plus restreinte, le terme de « chytrides » faisait seulement référence à l'ordre des Chytridiales.
Les chytrides sont considérés par la phylogénie (Etude du mode de formation des espèces et des organismes vivant jusqu’à un être considéré) comme la base évolutive des champignons, d'où ont émergé les Zygomycota puis les Ascomycota et les Basidiomycota. La plupart sont aquatiques, présents surtout dans les eaux douces. Ils sont saprophytes ou parasites, dégradant la chitine et la kératine. Leurs diverses espèces ont été réparties en cinq ordres. L'un de leurs points communs est de posséder des spores mobiles (zoospores) à un flagelle ; ce sont d'ailleurs les seuls organismes classés dans les « mycètes » à posséder ce type de spores. Le thalle ne forme pas un vrai mycélium. Certaines espèces sont unicellulaires.
Une espèce en particulier, Batrachochytrium dendrobatidis, est connue pour causer la chytridiomycose, une maladie infectieuse occasionnant la mort des amphibiens en bloquant leurs organes respiratoires (phénomène reconnu depuis 1998, en Australie et à Panama). D'autres espèces peuvent s'attaquer au maïs, à la luzerne, ou à un certain nombre d'autres plantes ; ce sont des parasites endocellulaires.
 
 
·       Les ZYGOMYCOTA 
Très discrets et de taille le plus souvent microscopique, les Zygomycota sont des champignons à spores dépourvues de flagelles, dans lesquels les cellules ne sont pas séparées par des cloisons, leurs hyphes étant cœnocytiques (les champignons ont une structure coenocytique lorsque les hyphes ne sont pas cloisonnées et forment de très longs filaments tubulaires dans lesquels existent de très nombreux noyaux cellulaires)  ou siphonnés. Ces champignons sont également caractérisés par une abondante reproduction asexuée, et une croissance rapide qui leurs permettent de coloniser rapidement leur milieu
Ils doivent leur nom à leur mode de reproduction sexuée, qui se fait par isogamie avec formation de zygospores (du grec ancien zugos = couple).
Mucorales, Entomophtorales, Basidiobolales et Endogonales sont les principaux ordres de cette division.
 
     ·       Les GLOMEROMYCOTA 
 
Séparés en1993 des Zygomycota ou ils étaient rangés dans l'ordre des Glomales, les Glomeromycota regroupent des champignons mycorhiziens dont  environ 150 espèces  ont été identifiées à ce jour.
Champignons à mycelium siphonné, on ne leur connait pas  de reproduction sexuée.



     ·       Les ASCOMYCOTA et les BASIDIOMYCOTA
 
Spores non flagellées -  Reproduction sexuée (en partie)
Ascomycota et Basidiomycota, sont de beaucoup les plus importants et renferment indépendamment d’un grand nombre d’espèces microscopiques, tous les champignons de grande taille. Ils ont le caractère commun de posséder un mycélium cloisonné mais diffèrent l’un de l’autre par le mode de reproduction ; en effet,  les spores naissent au sommet d’organes appelés basides chez les Basidiomycota et à l’intérieur d’organes appelés asques chez les Ascomycota. Basides et asques sont disposés en une assisse régulière   à la surface du tissu du sporophore pour constituer l’hyménium.
  Baside-et-asque.JPGsch--ma-asques.JPGHym--nium.jpg
      
Fig. I    baside portant 4 spores à l’extrémité de stérigmates.
Fig. II  asque contenant des spores.
Fig. a   asque non operculé s’ouvrant par déchirure.
Fig. b   asques operculés en cours d’ouverture
Fig. de droite ensemble de basides à différents stades de leur évolution sur la surface d’une lamelle.
 
 



ASCOMYCOTA
Les Ascomycota (ascomycètes) constituent un vaste embranchement (ou Division) des champignons (plus de 150 000 espèces !), caractérisés comme déjà dit plus haut, par des spores formées à l'intérieur d'asques.
Les Ascomycota colonisent tous les milieux ; ils sont saprophytes (Se dit des espèces qui croissent aux dépens de matières organiques (non vivantes) en décomposition), symbiotiques (Se dit d'espèces qui se prêtent mutuellement appui ; on dit aussi mycorhiziques quand les champignons vivent en symbiose sur les racines des arbres ou des herbes ; par exemple, certains bolets ne poussent que sous les pins, les oronges que sous les chênes, certains hygrophores que sous les hêtres, l’amanite vineuse (Amanita rubescens !) elle , accepte tous les arbres, etc …) ou parasites (Se dit des espèces qui croissent aux dépens d’autres espèces mortes ou vivantes; par exemple les Polypores, les Pholiotes, les Armillaires, etc …)
Parmi les ascomycètes, on trouve de nombreuses espèces utiles à l'Homme comme les levures utilisées en boulangerie, brasserie et vinification, des espèces bien connues des mycophiles et des mycologues amateurs comme les morilles, les pézizes, les truffes. Cette Division des FUNGI comporte également de nombreuses moisissures et des champignons occasionnant des maladies aux  plantes cultivées.
Classification
La classification des Ascomycota a été, et est toujours, l'objet de nombreuses révisions. Certaines classifications sont basées sur la morphologie de l'asque, d'autres sur celle de l'ascocarpe (organe sur, ou dans, lequel se forment les asques).
Je vous ferai part dans un prochain article de celle que j’utilise.
 
 
BASIDIOMYCOTA
 
Les Basidiomycota (basidiomycètes) constituent  également une importante  Division des champignons. Caractérisés par des spores formées à l'extrémité de cellules spécialisées, les basides, on trouve dans cette Division la plupart des espèces produisant des sporophores comestibles ou non, les Basidiomycota sont couramment appelés "champignons à chapeau". Ces champignons peuvent être classés sur des critères morphologiques (forme du pied et du chapeau, consistance de la chaire, couleur des spores), organoleptiques (odeur et saveur) et chimiques.
Classification
Je vous ferai part également dans un prochain article, de celle que j’utilise.

Ave  les Amycos !.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

go to this site 18/07/2014 09:43

That is so frustrating! I can imagine man! I really know how it feels. Anyway, you have given an interesting account regarding the scenario. I wish to see more photos in the coming updates. Thank you so much for sharing.